Taux de crédit, une pause s’affiche mais jusqu’à quand ?

Pour rappel, le taux de crédit est un taux par lequel on calcule les intérêts que génèrent des prêts, des emprunts ou des crédits octroyés par des institutions financières. Généralement, les crédits bancaires sont classés par catégorie : le crédit-bail, le crédit à la consommation, le crédit immobilier, le regroupement de crédits et les crédits à longs termes. Les agents économiques auxquels sont destinés ces crédits gardent toujours un œil sur l’évolution des taux car leurs capacités d’investissement en dépendent grandement.

Quelle est la situation actuelle des taux de crédits dans l’immobilier ?

Le secteur de l’immobilier est depuis quelque temps un secteur financièrement en bonne santé. Les transactions ont afflué, car les taux immobiliers sont à un niveau assez bas. Une opportunité que les agents à besoins de financement n’ont pas laissée filer même si, le niveau général des prix de l’immobilier a bien augmenté, les intérêts générés par les emprunts restent supportables et les indicateurs tendent à dire que ça pourrait encore être mieux si l’on prend le cas des grands dossiers.

Ce n’est pas tout, dernièrement les mesures prises par le Conseil constitutionnel sur l’assurance emprunteur permettraient une facilitation de résiliation de contrat pour l’emprunteur lors des anniversaires des contrats. Rappelons qu’un contrat d’assurance emprunteur accompagne un contrat de prêt, elle est indispensable, car c’est la seule garantie qui protège à la fois l’emprunteur et l’établissement de crédit des risques d’incapacité du premier à rembourser. Mais pour revenir à la récente réforme, cela signifie que les emprunteurs sont beaucoup plus libres dans leur choix d’assurance (pour voir laquelle serait la plus avantageuse évidemment). Un tel changement leur permettra de grands avantages, car ils pourraient économiser entre 0,15 % et 0,20 % en fonction du montant des prêts. Et donc en fonction de la durée des prêts, ça peut faire gagner quelques milliers d’euros.

Comment cette situation évoluera-t-elle au fil de l’année ?

Afin de pouvoir investir, il faut prévoir les différents coûts d’investissements éventuels. Dans l’immobilier, mis à part les prix sur le marché des biens, les montants des taux de prêts sont à surveiller de très près.

Généralement, les observateurs affirment que les taux devront être stables pour les deux premiers trimestres. Ils se fient notamment à l’OAT qui est le taux directeur de référence agissant sur les taux bancaires immobiliers. Et justement, ce dernier est assez stable ces derniers mois, cependant il est quand même en train de hausser très légèrement en ce début d’année, mais sans grande conséquence pour le moment.
Mais après, au vu des modifications apportées à l’assurance des emprunteurs, le manque à combler pour les établissements de crédit sera assez conséquent. Dans cette optique, il est fort probable que les taux connaîtront tout naturellement une hausse pour combler cette perte éventuelle. Ainsi, les banques garderont tout de même leur marge.

Au final, depuis l’année dernière, les taux ont été stables et ils le resteront pendant encore un temps. Le seul changement qui pourrait peser est celui des nouveaux termes de l’assurance emprunteur.