Faire face à la révolution digitale : les banques françaises de détail réagissent

La révolution numérique bouleverse assurément les habitudes des clients, qui ont longtemps été fidèles aux banques françaises de détail. Le smartphone et les applications, plus ou moins simples, séduisent de plus en plus. Les transactions et les opérations bancaires sont donc réalisées en quelques clics. Les banques virtuelles compliquent le quotidien des banques primaires et l’épargne ne rapporte plus autant qu’avant, diminuant ainsi la valeur ajoutée des banques. La mise en place de nouvelles méthodes de travail s’impose. Les banques de détails doivent, ainsi, prévoir une transformation digitale en tissant des partenariats avec les fintechs.

 

Fermeture massive des agences bancaires

 

La banque mobile est une quasi-réalité qui tend à prendre de l’ampleur dans l’Hexagone. Il faut prévoir des plans stratégiques plus ambitieux, visant à améliorer les services de paiement. Malheureusement, pour s’adapter à la révolution digitale, une réduction des réseaux bancaires s’avère incontournable. Chez BNP Paribas, il est prévu que 10 % des points de vente soient fermés d’ici à 2020. Cela équivaut à peu près à 1964 agences. En revanche, la Banque de la rue d’Antin compte sur les départs naturels afin de réduire les effectifs. Malgré cette révolution, la France compte encore un réseau de points de vente assez dense, avec 56 agences pour 100 000 habitants.

 

Investir dans les nouvelles technologies

 

Pour mieux s’adapter aux attentes et aux habitudes des clients, les banques de détail françaises investissent dans les nouvelles technologies. Ainsi, BNP Paribas y consacrera 3 milliards d’Euros d’ici à 2020. Dans la même optique, la BPCE (Banque populaire et Caisse d’épargne) a prévu 750 millions d’euros pour les équipements numériques. Quant à la Société Générale, le budget alloué au développement du réseau digital est de 1,5 milliard. Le Crédit Agricole se veut optimiste, elle veut être une banque « à la fois 100 % digitale et 100 % humains ». La prochaine étape consistera à choisir l’application la plus fonctionnelle pour rivaliser avec la concurrence.

 

La maîtrise de la relation client

 

Avec le développement du numérique, les géants de la Toile enregistrent facilement les données des clients. Google, Amazon, Facebook, Apple ont ainsi accès aux coordonnées des internautes, et peuvent proposer des paiements et des crédits en ligne. Les bases de données et la maîtrise du marketing numérique constituent la puissance de ces géants du Net, qui les utilisent pour faire face à la concurrence. Les taux appliqués par les Fintech sont généralement très bas, ce qui influence le choix des clients. Pour y faire face, les banques de détail adoptent la stratégie de renégociation des tarifs des crédits, ce qui tend à minimiser les intérêts perçus. Toutefois, leur chiffre d’affaires tendra à se stabiliser grâce à une hausse des crédits, à la vente des services et des produits d’assurance.