Le marché du crédit immobilier : la baisse des taux

Un crédit immobilier est un prêt à long terme obtenu auprès des établissements bancaires pour financer partiellement ou intégralement l’achat, la construction et/ou la réhabilitation d’un bien immobilier. Avant d’y souscrire, il est nécessaire de connaître les conditions de paiement et savoir les négocier. Il faut également se renseigner sur les avantages et les risques d’une hausse ou d’une baisse du taux d’emprunt et s’informer sur les actions à entreprendre dans chaque cas.

 

Le taux immobilier dépend de la concurrence entre les établissements financiers et de leurs objectifs commerciaux. En effet, pour être compétitifs sur le marché du crédit, ils doivent afficher un taux d’intérêt concurrentiel, c’est-à-dire plus faibles, par rapport à celui des autres. Leur but est non seulement d’attirer plus d’emprunteurs, mais également de gagner des points en termes d’objectif pour réguler le marché de crédit lui-même. La baisse du taux du crédit immobilier permet de booster la demande de crédit.

 

Si une hausse du taux immobilier se traduit par la diminution du pouvoir d’achat des ménages modestes, voire même leur sortie du marché immobilier, sa baisse apparaît comme une augmentation du pouvoir d’achat immobilier et permet à de nouveaux candidats, notamment les plus jeunes, d’accéder à la propriété et de profiter de la bonne situation de ce marché. Celle-ci constitue également une occasion pour ceux qui jouissent d’un crédit immobilier de renégocier leur prêt, ce qui n’est pas possible pour les personnes ayant choisi un taux fixe. Néanmoins, il peut arriver que certaines banques et/ou assurances refusent la renégociation pour ne pas réduire leurs revenus. Seuls les clients présentant les meilleurs profils peuvent bénéficier de ce privilège.

 

Pour l’année 2017, la baisse du taux de crédit immobilier a été de 1,56 % en septembre à 1,55 % en octobre et 1,54 % le mois de novembre. En effet, environ 9 banques sur 10 proposent des taux à moins de 2,10% sur 20 ans. Mieux encore, 7 banques sur 10 affichent un taux inférieur à 1,90%. Près 1/3 des établissements bancaires proposent un taux à moins de 1,70%. Cette baisse historique des taux bancaires est idéale pour renégocier un prêt immobilier. Néanmoins, lorsque les établissements de crédit refusent de renégocier le contrat de leurs clients suite à cette baisse, ces derniers peuvent choisir entre : rester et subir le taux initial auquel ils ont souscrit au prêt ou résilier leur contrat et consentir à un autre crédit avec un taux plus bas chez un autre prêteur. Dans ce dernier cas, ils seront soumis à des frais dont le montant total peut atteindre jusqu’à 3 ou 4 % de la valeur du prêt lui-même. Par ailleurs, leur banque et/ou assurance peut les pénaliser en surcotant leur taux d’emprunt, ce qui reviendrait plus cher.

 

Ainsi, pour être sûr d’obtenir les meilleures conditions, il faut toujours tenir compte du type d’emprunt (à échéance constante ou progressive, à amortissement constant ou dégressif), la durée et l’écart entre le taux initial et le nouveau. Faire appel à un courtier professionnel peut également s’avérer bénéfique, car ce dernier se chargera de négocier l’offre de crédit pour un taux plus favorable.